Crédit photo : Christian Benedetti, Archives personnelles
Thématiques

Edward BOND

Auteur associé au Théâtre-Studio depuis 1997

L'histoire d'un écrivain

Je suis né à 8 heures 30 le soir du mercredi 18 juillet 1934
Pendant un orage
Une heure avant d'entrer en travail ma mère frottait l'escalier de l'immeuble pour que la sage-femme trouve des marches propres
Dans le quartier où vivait ma mère le corps médical était considéré comme agent de l'autorité
J'ai été bombardé pour la première fois à cinq ans
Les bombardements ont continué jusqu'à ce que j'en aie onze
Plus tard l'armée m'a enseigné dix façons de tuer mon ennemi
Et la communauté m'a enseigné cent façons de tuer mon voisin
J'ai vu qu'il n'y avait pas de justice entre les différentes parties de la communauté
Une injustice est comme un galet lâché au centre de l'océan
Quand les rides atteignent les rivages elles sont devenues des raz de marée qui noient les villes
La nécessité règle nos jours selon la loi de la cause et de l'effet
Ceux qui gouvernent ne savent pas ce qu'est une personne
Et les gouvernés ne savent pas ce que devrait être un gouvernement
À la place les méchants font le mal et parce qu'il n'y a pas de justice les bons doivent faire le mal aussi
Comment peuvent-ils sinon gouverner la prison où ils vivent ?
J'arpentais les rues plein de rage
Je voulais que les pierres dans le cimetière militaire pleurent les morts sous elles
Je voulais que le crâne rêve de justice
Et puis je me suis souvenu du cerf-volant de fer qui vole dans l'esprit de l'enfant
Et j'ai vu les vieillards toucher leurs cheveux blancs aussi doucement qu'un moineau fait son nid sur le flanc d'un iceberg
Alors à vingt ans j'ai écrit une pièce
La loi d'écriture des pièces doit être la cause et l'utile
Pour casser la nécessité et montrer comment la justice est possible
Comme tous ceux qui vivaient au mitan de ce siècle ou qui sont nés plus tard
Je suis un citoyen d'Auschwitz et un citoyen d'Hiroshima
De ce lieu où les méchants ont fait le mal et de ce lieu où les bons ont fait le mal
Tant qu'il n'y a pas de justice il n'y a pas d'autres lieux sur terre : il n'y a que ces deux-là
Mais je suis aussi citoyen d'un monde juste encore à faire

(1997)

(Trad. J. Hankins et S. Magois)

In : Hidden Plot, publié chez l'Arche. 

Edward Bond, à propos de Sarah Kane :

« Notre théâtre ne donne à nos jeunes auteurs de théâtre aucune chance de se développer. Au lieu de cela, il crée un théâtre de symptômes. Quand BLASTED de Sarah Kane a été monté, les critiques l’ont attaqué avec la rage paniquée qui est le signe que finalement ils écrivaient sur quelque chose de profondément important. C’est la seule pièce contemporaine que j’aurais voulu écrire. C’est révolutionnaire. … 4.48 est sa « note de suicide » très personnelle... 4.48 est une grande pièce amèrement comique, pleine d’un désir de vie. C’est aussi un document sur notre temps. Lisez le - cette note de suicide est notre nécrologie. »

EDWARD BOND
Crédit Photo : Doris NaclerioCrédit Photo : Doris Naclerio

Mises en scènes de Christian Benedetti

1997 : Sauvés, pour l'inauguration du Théâtre-Studio

1998 : Mardi, (Création en France)

1999 : Reprise de Sauvés

2001 : Onze Débardeurs, (Création en France)

2002 : Existence, (Création Mondiale)

2003 : Les Enfants, (Création en Roumanie)

2005 : Les Enfants (Prison de Fresne)

2013 : Existence (Comédie Française, Studio Théâtre)